Patients - Websérie

Photo de Pierre Provencher

Pierre Provencher

Après s’être battue deux fois contre le cancer et vivant avec des problèmes cardiaques, la mère de Pierre Provencher tombe malade à nouveau. Cette fois, âgée de plus de 70 ans et atteinte d’une maladie incurable, elle décide que c’en est trop. Elle demande l’aide médicale à mourir. Sa famille la supporte dans sa décision, mais il n’est pas toujours facile de dire au revoir à ceux qu’on aime.

Photo de Israel Medrano

Israel Medrano

Israel Medrano s’inquiète lorsqu’un matin, il commence à avoir terriblement mal à la tête. Lui qui n’a pas l’habitude de se plaindre et encore moins d’aller à l’hôpital lorsqu’il a mal, entre dans un état de panique. Il est si souffrant qu’il est convaincu d’avoir une condition fatale. Son fils l’accompagne à l’hôpital, où on lui diagnostique une labyrinthite. La frousse qu’il a eue ce jour-là lui a rappelé à quel point il tenait à la vie, à ses enfants et au reste de sa famille, dont il doit prendre soin.

Photo de Marie Charomé Antoine

Marie Charomé Antoine

Lorsqu’elle se rend à l’hôpital pour un test de routine, Marie Charomé Antoine apprend que son bébé, atteint de trisomie, est en danger et qu’elle devra accoucher par césarienne. Elle est très inquiète, mais elle peut compter sur le soutien moral de sa fille aînée, âgée de 18 ans, qui l’accompagne depuis le début de sa grossesse. Ce n’est que douze heures après l’accouchement que la maman pourra enfin voir son enfant, qui se porte bien aujourd’hui.

Photo de Brigitte Ferron

Brigitte Ferron

Lorsque Brigitte Ferron reçoit un appel de l’hôpital pour l’avertir que son père est en salle de réanimation, elle panique. Elle se rend aussitôt à l’urgence, puis, très inquiète, elle demande au Dr François Marquis de lui donner des nouvelles. Heureusement, elles sont bonnes. Son père va mieux. Elle est rassurée, mais cet épisode lui a fait réaliser combien la vie est fragile.

Photo de Jessica Cusson

Jessica Cusson

Jessica Cusson n’avait pas encore 20 ans lorsqu’elle a appris qu’elle avait un cancer hématologique grave. Hospitalisée durant des mois pour recevoir une greffe de cellules souches, elle doit apprendre à vivre dans l’isolement et avec un corps qui change. Pour la Dre Silvy Lachance, ces jeunes patients sont particulièrement touchants, puisqu’ils ont l’âge de ses enfants.

Photo de Yasmine Salameh

Yasmine Salameh

Il y a quelques années, Yasmine Salameh se plaint de douleurs au dos. On découvre une forme très rare de cancer, qui finira par la paralyser. On lui donne alors quelques mois à vivre. Elle entreprend toutefois des traitements très agressifs, qui finissent par améliorer sa condition. Elle a retrouvé l’usage de ses jambes, mais elle n’est pas à l’abri d’une récidive. Elle prend la vie avec sagesse et profite de tous les instants.

Photo de Émilien Gauthier-Lacroix

Émilien Gauthier-Lacroix

Le jeune Émilien est un exemple de résilience et de force de caractère. À 13 ans à peine, il apprend qu’il a une forme rare et très agressive de cancer. L’orthopédiste Sophie Mottard et les équipes de Maisonneuve-Rosemont et de Sainte-Justine le prennent en charge, le soumettant à des traitements de chimiothérapie, puis à une longue opération visant à remplacer son tibia par une prothèse massive, retirant ainsi toutes les cellules cancéreuses de sa jambe.

Photo de Sylvain Pilon

Sylvain Pilon

Lorsqu’il apprend qu’il a un cancer, Sylvain Pilon ne se laisse pas abattre. Il est courageux et énergique. Il entreprend des traitements de chimiothérapie, puis une greffe de cellules souches. Il est forcé de prendre congé tout l’été, un grand sacrifice pour cet horticulteur passionné et très actif. Heureusement, aujourd’hui, il va beaucoup mieux.

Photo de Patrick Bétournay

Patrick Bétournay

Patrick Bétournay a un cancer du rein, dont les métastases grugent une vertèbre cervicale. Le Dr Fournier tente d’en stabiliser la progression. L’opération dure 10 heures au cours desquelles le patient reçoit la transfusion de 26 litres de sang. Du jamais vu pour l’équipe médicale. « Je dois ma vie à sa détermination », mentionne Patrick Bétournay au sujet du chirurgien qui n’a jamais baissé les bras.

Photo de Gloria Blais

Gloria Blais

Arrivée à l’urgence inconsciente, Gloria Blais revient à elle alors que le Dr Boisvert multiplie les tests. L’urgentologue craint un infarctus, mais certains examens l’envoient sur une mauvaise piste. Il se creuse réellement la tête pour poser le bon diagnostic et soigner efficacement Madame Blais. La patiente n’a pas eu conscience de tous les gestes posés par l’équipe à l’urgence, mais elle sait que si sa fille n’avait pas appelé l’ambulance, elle ne serait plus en vie.

Photo de Roger Dubois

Roger Dubois

Le Dr Bensoussan annonce à Jeanine Montreuil qu’elle est atteinte d’un cancer de l’intestin. Comme tous les membres de la famille, son fils Roger Dubois est sous le choc. Il avait incité sa mère à consulter pour une jambe particulièrement enflée. Le diagnostic n’est pas celui auquel il s’attendait. « On a appris live que ma mère avait un cancer », mentionne-t-il. Le choc encaissé, il fait maintenant confiance aux traitements et à la légendaire détermination de sa mère, afin qu’elle reste en vie le plus longtemps possible.

Photo de Tiffany Nguyen

Tiffany Nguyen

À 20 ans, Tiffany Nguyen est dans un état critique suite à une pneumonie qui tourne mal. Aux soins intensifs, le Dr Poirier essaie de minimiser les séquelles que des lésions au cerveau et de multiples AVC pourraient laisser à sa jeune patiente, dont il estime les chances de survie à une sur deux. Maintenant rétablie, Tiffany apprivoise sa nouvelle condition et prend conscience de l’angoisse qu’ont vécue ses parents à son chevet.

Photo de Alixia Gagné

Alixia Gagné

La voiture dans laquelle Alixia Gagné prenait place a percuté une semi-remorque. L’impact a été tel que les pompiers ont dû intervenir pour la sortir du véhicule. À son arrivée aux urgences, l’adrénaline fait place à une intense douleur que l’équipe médicale doit rapidement soulager. « J’étais terrifiée », se souvient Alixia dont les pleurs étaient incontrôlables. Elle ne courra plus comme avant, pas plus qu’elle ne laissera quelqu’un texter au volant!

Photo de Thérèse Lévesque

Thérèse Lévesque

Thérèse Lévesque est en couple depuis 62 ans. Son conjoint, Jean-Marie, a été intubé suite à une opération pour une fracture au cou. L’équipe médicale demande à la famille d’établir le protocole, en prévision du moment où ils retireront le tube respiratoire. Si ça tourne mal, doivent-ils le réanimer ou le laisser aller? Madame Lévesque raconte avec sérénité ces moments douloureux vécus avec le support de ses fils. « C’est comme s’il n’était jamais parti. Je vais m’habituer, je suppose. »

Photo de Carole-Anne Tremblay

Carole-Anne Tremblay

Après six ans de démarches et d’espoir, Carole-Anne et son conjoint attendent finalement un enfant. Après 59 heures de travail, l’accouchement se complique et Dre Michaelsen procède à une césarienne d’urgence. Lorsqu’elle sort le bébé, il ne pleure pas et ne réagit pas. L’attente est interminable. Tout au long de l’intervention, la jeune mère, qui est infirmière auxiliaire de profession, saisit parfaitement l’urgence de la situation. Pour une fois, elle aurait souhaité avoir moins de connaissances médicales…

Photo de Daniel Hensen

Daniel Hensen

Daniel Hensen a un anévrisme de l’aorte abdominale qui grossit, malgré plusieurs interventions médicales. Les risques de rupture augmentent. Dre Le Guillan lui propose une opération risquée visant à enlever complètement l’artère. L’intervention dure plusieurs heures durant lesquelles la conjointe du patient attend impatiemment qu’il se réveille. « Tout seul, je n’aurais pas été capable. C’était mon ange gardien. », affirme Monsieur Hensen.

Photo de Meriem Ouchfoun

Meriem Ouchfoun

La fille de Meriem Ouchfoun a une forte réaction allergique. Complètement paniquée, la mère appelle les services d’urgence et cherche désespérément une solution en attendant l’ambulance. Chaque minute compte. « J’avais très très peur de la perdre. J’avais l’impression que c’était un cauchemar. », raconte-t-elle. C’est une EpiPen d’adulte, trouvée chez un voisin, qui permet à la fillette de se remettre à mieux respirer. À son arrivée à l’hôpital, l’équipe de l’urgence la prend en charge et surveille les effets de la double dose qui lui a sauvé la vie.

Photo de Manon Privé

Manon Privé

En allant consulter pour des brûlements d’estomac, Manon Privé ne s’attendait pas à être hospitalisée d’urgence. Grâce à une coronarographie, le médecin identifie trois artères bloquées et envisage une opération à cœur ouvert. Un véritable choc pour la femme de 45 ans qui ne se doutait de rien. Aucune raison spécifique n’explique que Madame Privé ait dû subir un triple pontage à cet âge. « Est-ce un signe pour me dire qu’il fallait que j’arrête un peu? »